Rechercher
  • Sophie Zhu

Interview de Nathalie Marin, une stagiaire en #BPJEPS AS



Je suis Nathalie Marin. Avant d'arriver chez Blue Up et Anim&com, j'ai travaillé durant 13 ans dans le domaine du service à la personne en tant que chargée d'évaluation. J'ai été licenciée suite à un problème médical. J'ai donc été au chômage pendant 1 an environ.


J'ai fait un bilan de compétences et par la suite, j'ai commencé à chercher une formation dans le secteur de l'animation sociale pour devenir animatrice sociale. J'ai trouvé deux centres de formation: l'un d'eux se faisait en présentiel à Montreuil et le second était en présentiel et à distance, avec Blue Up' et Anim&com Consultant. j'ai donc préféré travailler en distanciel à cause de la crise sanitaire et de de la distance!

Pour aller à Montreuil, je devais me lever tôt tous les matins, et faire 1h de trajet voire plus pour y aller et 1h30 de trajet le soir, ça faisait entre 3/4h de transport par jour, ce n'était pas possible pour moi comme rythme. Franchement, cela aurait été très fatigant de faire du présentiel, c'est donc pour cette raison que j'ai plutôt choisi de faire ma formation chez Anim&Com consultant et Blue Up Formation. Quand j'ai réussi les épreuves d'entrée pour la formation, j'ai commencé à chercher un stage.


Qu'est-ce que la formation vous apporte?


La formation m'a apporté toutes les techniques car je ne viens pas du tout milieu de l'animation sociale. Comme je l'ai expliqué avant, j'étais chargée d'évaluation. Même si quand j'étais jeune, j'ai passé une partie de mon BAFA et je n'ai pas eu de pratique en tant qu'animatrice. La formation m'a apporté des connaissances sur la règlementation et les bases pour être animateur également.


Que penses-tu de la pédagogie et de l’accompagnement que tu as eu à distance ?


J'arrive à travailler seule, cela ne me pose pas de problème. Je me donne un cadre pour travailler et je m'y maintiens. Je comprends que ce soit plus difficile pour certains de travailler, s'ils ne sont pas autonomes ou s'ils n'arrivent pas à garder une certaine discipline de travail. De mon côté, j'arrive à réguler mes journées et à organiser mon temps de travail sur les cours. Ce qui me permet de faire autre chose ensuite.


Peut-on dire que l’accompagnement est renforcé ?


Oui, Elodie et Anaïs, responsables de formation étaient bien présentes. Elles étaient très réactives quand on posait une question sur la plateforme, en dehors du weekend mais de façon général, en 24/48h, on avait la réponse. Pour moi, c'est suffisant. Je pense que pour d'autres, il faut plus être derrière eux et plus les maintenir dans les rails.

C'est clair qu'il faut avoir une certaine rigueur et trouver du temps pour faire sa formation en partie à distance. Il ne faut pas se dire qu'on va le faire demain! Il est nécessaire de se fixer des horaires ou une matinée dans la semaine pour pouvoir travailler à fond dessus. C'est un travail qu'il faut faire dès le départ, ne pas attendre et se maintenir sur ses objectifs.


Le rythme de la formation, comment le trouvez-vous?


Jusqu'à présent, j'ai bien aimé!

Il y a eu une partie où c'était un peu plus rébarbatif mais il y a toujours une partie législative et règlementaire! Et il faut quand même apprendre ces choses.


Dans l'ensemble, vous êtes satisfaite de cette formation ?


Oui, je suis super contente de ma formation. C'est ce qui me convenait de toute façon, je le savais dès le départ que c'était ce qu'il me fallait. Si le format de la formation ressemblait au milieu scolaire, je ne pense pas que j'aurais pu le supporter. Etant plus âgée, j'ai besoin de concentration. Travailler dans le brouhaha, c'est plus difficile pour moi.


Après l'obtention de votre BPJEPS, qu’allez-vous faire ? Est-ce que vous avez opportunités ?


Pas encore. De temps en temps, j'ai commencé à regarder. J'ai trouvé des annonces qui ne proposent pas des emplois à temps plein, il est probable que ce soit des CDD.

De toute façon, mon objectif est de rester dans l'animation et de travailler auprès des personnes âgées.

Cela ne me pose pas de problème de travailler en temps partiel dans une maison de retraite ou dans un centre social. Je suis ouverte à toutes les opportunités!


Si une personne souhaitait intégrer le BPJEPS, quels conseils lui donneriez-vous ?


Le conseil pour les plus anciens. C'est d'être sûr que c'est ça qu'ils veulent faire et de vouloir devenir animateur. Il y a des personnes qui ont débuté et arrêté très vite car la formation ne leur correspondait pas. C'était pas ce qu'ils recherchaient en fait.

Ensuite bien se rendre compte que cela demande du travail personnel assez important par exemple, moi, les premières semaines, comme cela faisait longtemps que j'ai quitté le monde scolaire on va dire, il m'a fallu 1 mois d'adaptation pour réussir à suivre les cours et je faisais 4 à 5h de cours par jour. J'ai beaucoup travaillé sur moi parce que c'était un peu difficile pour moi au début de reprendre une formation.

Maintenant, je suis capable d'être à nouveau en apprentissage!

Pour ceux qui sortent du milieu scolaire, il faut avoir une certaine discipline d'apprentissage et se faire des programmes à la semaine. C'est comme le sport: il faut s'y préparer. Si on veut s'y mettre et ne pas se blesser dès le départ. Là, c'est pareil, il faut remettre son cerveau en mode apprentissage. Ne jamais rien lâcher et aller jusqu'au bout des choses tout en maintenant la cadence.

18 vues0 commentaire